Test it – Action ET Vérité pour votre startup

Le monde (des startups) est peuplé de bonnes intentions. Bryan veut lancer sa startup. il se dit que lancer une startup, c’est risqué. C’est vrai, 90% des startups échouent. Mais pas Bryan car il a vraiment une bonne idée. La preuve ? Tout le monde le lui dit ! Du coup, il travaille depuis des mois sur son projet… Mais…

Champion des concours de pitch

Bryan, notre Test it master, est un entrepreneur-né. Il a fait des études commerciales, a 1000 idées à la minute, 100 projets de startups, il a gagné des concours de startups, son projet de startup a été élu dans les 50 startups dans lesquelles investir en 2016. Sans compétences techniques, il pensait avoir besoin d’1 000 000 € pour créer son app et son business. En tournant en rond, il a fini par s’essouffler. Et il n’a donc rien lancé.
Kamil a un profil très proche de Bryan. Ingénieur commercial lui aussi, il avait les mêmes craintes et pensait aussi avoir besoin d’énormément d’argent pour se lancer. Il a dépassé cette idée, les barrières techniques ont été enlevées, et il a mis son projet sur le marché. Après quelques semaines, il a des clients et des rentrées financières.

L’action, facteur clé pour concrétiser sa startup

La différence entre ces deux entrepreneurs ? L’action. Bryan a multiplié les séances de coaching, il a pitché son idée à des centaines de personnes, il a réseauté et fait des business plan. Et il a oublié de passer à l’action.

Kamil a été coaché en quelques séances, et puis il s’est jeté à l’eau. Avant de lancer sa startup, Kamil se demandait : “Qui sont mes clients ?”, “Comment puis-je les toucher ? Facebook ou Google ?”, “Quel en sera le coût ?”, “Mes clients accepteront-ils de me laisser 10% de commission ?”, etc. Et Kamil a eu ces réponses. Avant même d’avoir développé son app. Grâce à la méthodologie Test it, son projet a été créé en deux mois. Sans lourds investissements.

Focus sur la traction client

Qu’est ce que le Test it ? C’est un état d’esprit, un mindset, et une méthodologie suivie par des dizaines d’entrepreneurs qui avaient un projet de startup.
Comment ça marche ? L’équipe Test it fournit les armes pour entrer en contact avec vos futurs clients. De vrais clients, pas des amis, de la famille ni des passants. En mettant en avant votre proposition de valeur, on verra s’ils adhèrent et achètent. Sinon, on testera d’autres approches, et on vous accompagnera dans le processus, comme si c’était notre startup. Si vos clients n’existent pas, vous pourrez toujours pivoter. Au meilleur moment, puisque ça ne vous coûte rien.

Vous voulez passer à l’action ?

Lancez-vous ! Contactez-nous sur testit@makeit-group.com. Pour plus d’infos, regardez ces témoignages de coachs réputés qui ont testé la méthodologie, ou rendez-vous sur notre site Test it.

How to create a custom dashboard for your startup’s KPIs with Google Spreadsheet and a Raspberry Pi

Introduction

This article is intended for managers that want to automate stuff in a MVP kinda way without the need of a technical team. Every startup needs a way to report some data or KPIs so I will show how I built a free custom dashboard in a few steps.

I am Alex, one of the founders at Make it Group. We build startups in IoT. Check us out here: makeit-group.com

Context

Tipaw, one of Make it Studio’s startups, aims to reduce the number of dogs in shelters. How? By transforming mentalities about dog adoption (it’s not a new phone or TV you let in your living room), and by promoting responsible dog breeders that really care about their puppies’ welfare.

A custom dashboard ?

“What Gets Measured Gets Improved” — cfr. interesting article by Burak Bilgin

When we started Tipaw, we tested a bunch of different stuff for a few months, trying to reach our product/market fit. We were always attracted by defining our KPIs, but honestly, we just didn’t have that maturity yet and we would just generate “metrics porn” (numbers that are “cool” but doesn’t really help us on a daily basis).

Lately, we did reach that maturity, and we hired a couple of passionate people. We spent a lot of time brainstorming with the team. Meetings would last for hours. Discussions were based on intuitions rather than on numbers.
It was time.
We needed those KPIs to help the team align itself with facts. Having numbers in front of us at all times would also help us have a better gut feeling about how the company was doing.

Let’s dig in

How to define your KPIs ?
KPI’s are metrics obviously useful for your startup. Choose them wisely and make sure, they are the numbers you can have a direct impact on. I won’t go further on that, as the topic of this article is about how to build a quick dashboard.

In our case at Tipaw, we needed a few KPIs : the number of new breeders that subscribed, the number of buyers that subscribed, the number of litters the breeders are posting, the number of matching (buyers contacting breeders through our platform), the number of potential matchings (buyers that are interested in a particular breed but haven’t contacted a breeder yet).

Where to find them ?
In our case we just created a simple API that extracts those numbers from our database. We run this API through a cronjob every hour to “grab a screenshot” of the numbers at that time so we can see our efforts over time. This API would save the results into a CSV accessible on our servers.
sample csv You can use the sample data here. It looks like regular CSV content.

Making this data available to our team
Now the beauty of Google Spreadsheet is that I don’t have to spend time building my own frontend to plot my charts. And I certainly didn’t want the developers to deviate from their sprint to build the dashboard. It might have been more beautiful and sexy with their talent. However: “Better a good today, than a perfect tomorrow”. Also, if the dashboard evolves, which it will for sure, I don’t want to be dependent on other people, I’d rather make it evolve myself as soon as I need it.

Long story short: just add this line in the first cell of your Google Spreadsheet.

=importData("https://dev.test-it.io/tools/custom-dashboard/export.php?key=46330ed2c038989f6030ac7b539d80f92f9bc18f")

Google Spreadsheet will update the data automatically as soon as your cronjob runs. Find my example here.

I can then make use of any formulas of Google Spreadsheet to interpret my raw data. In my case I needed to change the date format and use a Pivot Table to have the data aggregated by day. I also added a “Daily” tab that would calculate the daily improvements.

Here’s the final result of the custom dashboard.

Final result of custom dashboard

We just discovered datastudio.google.com where you can build reports and dashboards starting from sets of data (Google Analytics, Google Search Console, AdWords but also Google Spreadsheet, SQL databases etc). I haven’t tested it yet, but it might be something to consider for sure to build more complete reports/dashboards 😉

Display your custom dashboard on a screen with a Raspberry Pi.
The purpose of the Raspberry Pi is to :

  1. Autoboot when arriving in the office
  2. It needs to connect automatically to the internet
  3. Open the browser and open a tab to the Google Spreadsheet custom dashboard.

You can find the routine to achieve this in a tutorial written by Alex Bain :
In a nutshell, here are the steps:
First of all we need to enable internet. You can use an ethernet cable or configure the WIFI on the Raspberry Pi.
With the internet connection working properly you can now do the following upgrades:

sudo apt-get update
apt-get upgrade

We can now install chromium and a package to hide the mouse.

sudo apt-get install unclutter
sudo apt-get install chromium

For the next step we have to modify a file inside of the Raspberry Pi and add the line below. It allows us to remove the mouse, the low power icon and to avoid the RPi to pass in blank screen.

sudo nano ~/.config/lxsession/LXDE-pi/autostart
@chromium-browser -noerrdialogs -kiosk -incognito YOUR_URL
@xset s noblank
@xset s off
@xset -dpms
@unclutter -idle 0.1 -root

A last modification is required

sudo nano /etc/lightdm/lightdm.conf

Once in the file you can add the line just below in the [SeatDefaults] section.

xserver-command=X -s 0 dpms

You can now restart your raspberry and enjoy your brand new dashboard display.

Here’s what it looks like in our offices 😉

Custom Dashboard Final Result

Next steps

Obviously, a lot of improvements are possible. The first thing I did is to secure the API. In this example it’s totally public and anyone can access it (if they know the link at least) but you probably don’t want other people other than you team to have access to this data. You might therefore use the “Script Editor” from Google Spreadsheet to add some JS to query your server in a more secure way (with a token for instance). I am developing the use of the “Script Editor” in a future article called “How to use Google App Script to automate stuff” where secure API calls are possible ;-).

Question or suggestions ?
Contact me on LinkedIn or check us out at here.

Test it – Une méthodologie adaptative, pas juste un site et des pubs

Make it donne régulièrement des ateliers où nous parlons de notre conception de l’entrepreneuriat et de nos méthodologies (Test it en particulier). Alexis et Bryan rencontrent de nombreux entrepreneurs et, en les aidant, acquièrent une expérience toujours plus importante. Cette histoire est tirée du suivi d’un récent cycle de formation.

La méthodologie Test it, c’est avant tout un état d’esprit, un mindset. Souvent, le moyen le plus simple de tester son idée passe par une landing page et des pubs Facebook. Rapidité, simplicité, capacités de tracking et des réponses chiffrées : de quoi transformer des questions en réponses, à l’heure de réaliser son Business Model Canvas.

Mais… Régulièrement, les idées des entrepreneurs ne peuvent pas être testées via les réseaux sociaux. et nous nous adaptons aux projets des entrepreneurs. Cet article explique un exemple de Test it “offline”, sans landing page, Facebook, LinkedIn ou Google Adwords.

Vous aimez boire un verre en été ? Alors vous connaissez ces problèmes : terrasses bondées, temps d’attente élevé et  serveurs/barmans qui courent entre les tables.

Deux entrepreneurs namurois ont pour projet de résoudre ce problème. Ils proposent une app pour réduire le temps d’attente. Comment ça marche ? Le client installe l’app, passe sa commande grâce à la carte du café/bar, directement intégrée dans l’app, et le serveur reçoit la notification directement au bar. Les clients sont directement débités via leur compte sur l’app. Le serveur amène les consommations et ne doit plus encaisser le paiement.

D’un point de vue startup, ce projet pose de nombreuses questions. Quand Alexis a rencontré les entrepreneurs, ils avaient une idée, leur volonté de se lancer et leurs compétences de développeurs.

Dans son jeune temps, Alexis a lui-même développé une plateforme. Après un an de développement et une plateforme techniquement avancée, il n’avait pas un seul utilisateur. Pas un. Et personne n’était intéressé par la proposition de valeur du programme. Une année et des milliers d’heures perdues.

Alexis les a donc encouragés à se jeter à l’eau. Comment ? En testant le marché ! Et ce, avant même de développer la moindre app. Tout se fait de façon “manuelle” : les entrepreneurs vont dans un café, ils expliquent la démarche et proposent au barman de mettre un menu customisé sur les tables en terrasse.

Pour commander, les gens envoient leur commande par SMS à un numéro de téléphone donné sur le menu customisé, et les entrepreneurs transmettent l’information au serveur.

A-t-on besoin de plus pour valider l’idée ? Non. On enlève les barrières techniques. Car si les gens ne sont pas intéressés par la commande par SMS, extrêmement simple, pourquoi iraient-ils installer une app, éventuellement créer un compte, entrer une carte de crédit, choisir le bar… ?

Ici, c’est du lean poussé à l’extrême : on ne fait aucune dépense et on obtient le maximum de feedbacks de l’expérience.

L’objectif principal ? De voir si les gens l’utilisent réellement.

C’est tout ? Non ! On peut tout mesurer. On voit combien de temps le serveur a économisé grâce au processus (moins de fatigue, plus d’efficacité, moins de discussions), et les divers gains.

Le gain direct pour le tenancier ? L’argent, car le serveur est plus efficace, perd moins de temps et le gérant a donc besoin de moins de personnel. Peut-être aussi que les clients servis plus vite partent plus vite. Ils laissent alors la place à d’autres clients. Indirectement, la satisfaction des clients est plus grande car ils attendent moins longtemps.

Tous ces points sont des hypothèses. Le Test it permet ici de les transformer en affirmations/réponses. Les entrepreneurs pourront ensuite approcher les gérants de cafés et bars avec des résultats et chiffres concrets.

Ce sera le moment de tester le business model.

Solution 1 : négocier des marges sur les consommations auprès des tenanciers. S’ils ne veulent pas payer, rien n’est perdu. On passe à la solution suivante.
Solution 2 : faire payer le logiciel par les tenanciers.
Solution 3 : faire payer les consommateurs quelques cents de plus par boisson ou par commande. L’avantage de tester manuellement le business model, c’est que rien n’a encore été développé et que le pivot est “facile” et gratuit.

Les entrepreneurs doivent donc passer quelques dizaines d’heures à mener leurs tests pour obtenir ces réponses. La récompense ? A la fin de ce Test it, l’existence (ou non) d’un business est démontrée, et les entrepreneurs savent s’ils doivent développer leur plateforme.

“J’ai des clients potentiels. Qu’est ce que je fais ?”

Make it donne régulièrement des ateliers où nous parlons de notre conception de l’entrepreneuriat et de nos méthodologies (Test it en particulier). Alexis et Bryan rencontrent de nombreux entrepreneurs et, en les aidant, acquièrent une expérience toujours plus importante. Cette histoire est tirée du suivi d’un récent cycle de formation.

[Résumé : Nathalie veut devenir entrepreneuse. Son idée part d’un besoin qu’elle a ressenti : elle veut mettre en relation des couturiers professionnels et des clients. Elle bosse depuis 6 mois sur son projet, elle a fait son BMC… C’est le 2e post sur ce blog où on raconte l’histoire de Nathalie. Le 1er est ici.]

Grâce au coaching d’Alexis, Nathalie a arrêté de penser à la technique. Elle a réalisé sa landing page, a dépassé sa peur de l’absence de clients, et elle a fait du digital marketing. Grâce à ça, des clients potentiels se sont rendus sur sa landing page pour trouver un couturier.

Un peu prise de panique, elle a téléphoné à Alexis. “J’ai des clients qui m’ont contacté. Qu’est ce que je fais ?” Elle ne se sentait pas prête. Elle pensait avoir besoin d’une plateforme parfaite… Et pourtant.

Alexis a répondu : “Demain je viens chez toi, j’ai besoin d’un couturier… Comment peux-tu m’aider ?”

Nathalie : “J’appelle un ami couturier.” La réponse est simple, non ?

Dans cette situation, l’important, c’est d’apporter de la valeur aux clients. On leur fournit le service, on fait attention à ne pas décevoir leurs attentes et on voit leurs réactions.

C’est une première étape pour comprendre son marché.

Étape suivante, tester le modèle de revenus

Pour ce premier groupe de clients, Nathalie s’est reposée sur son cercle d’amis. Mais bon, pour croître, son business doit être rentable. C’est le moment de tester son business model.

Elle a cherché et trouvé des couturiers sur Google. Alexis a suggéré de les approcher en annonçant : “Si tu veux, j’ai un client pour toi”. C’est une approche plus sexy que de s’inscrire sur la plateforme pour potentiellement avoir un client plus tard … 3 possibilités pour aborder les couturiers :

  1. “Pour ce client, je demande une commission de 10% de la prestation.” Pour un travail de 100€, Nathalie gagnerait alors 10€. Problème : les transactions sont complexes à traquer, et il faudra se baser sur la bonne foi des gens avant d’avoir une plateforme qui automatise les paiements.
  2. “Combien me donnes-tu pour un client potentiel ?” Ce système de commission à la mise en relation a un avantage : elle ne répond pas de l’accord entre le client et le prestataire. Désavantage : c’est plus dur à négocier car l’apport de valeur est incertain.
  3. “Je suis en train de construire une plateforme, j’ai une offre spéciale pour les premiers fournisseurs : je te donne un contact gratuitement, et si ça t’intéresse, je continue à t’envoyer des clients, en payant soit à la commission, soit à la mise en relation.

Pour arriver à ce résultat, il aura fallu quelques interactions avec Alexis et un minimum de développement.

Conclusion : des chiffres concrets

Grâce aux tests, Nathalie obtiendra des résultats sur lesquels elle pourra développer son business plan et faire des projections sur base de chiffres validés. Quel est le business model qui sera adopté ? L’avantage, c’est qu’on est dans le concret. Ce sont des clients réels pour qui les couturiers travaillent vraiment et reçoivent de l’argent.

Pas de plateforme ? Pas de problème

Make it donne régulièrement des ateliers où nous parlons de notre conception de l’entrepreneuriat et de nos méthodologies (Test it en particulier). Alexis et Bryan rencontrent de nombreux entrepreneurs et, en les aidant, acquièrent une expérience toujours plus importante. Cette histoire est tirée du suivi d’un récent cycle de formation.

 

Nathalie veut devenir entrepreneuse. Son idée part d’un besoin qu’elle a ressenti : elle veut mettre en relation des couturiers professionnels et des clients. Elle bosse depuis 6 mois sur son projet.

Nathalie se fait coacher, réfléchit à son BMC et fait des recherches. Son plus gros problème ? Elle ne sait pas si les autres gens ont le même problème. Et puis, elle n’a pas les compétences pour développer sa plateforme. Elle veut s’en remettre à une société pour le développement software.

Mais l’absence de plateforme est-elle réellement bloquante pour valider son idée ? Non. L’objectif du projet de Nathalie, c’est de mettre en relation des personnes. Est-il nécessaire d’automatiser ça ? Tant qu’il n’y aura pas des centaines de clients, tout est faisable manuellement. Alors pourquoi risquer des dizaines de milliers d’€ sans certitude d’avoir un business en plus d’un projet ?

Alexis lui a donc expliqué comment réaliser une landing page, d’y mettre en avant sa proposition de valeur et de faire du digital marketing pour attirer des clients sur son site.

Quelques jours plus tard, des clients la contactent, elle met en relation les premiers clients et ses amis couturiers. Conséquence directe : elle a testé et validé son idée.

Conclusion : Nathalie pourra collecter des feedbacks, construire son business au quotidien en fonction des besoins des clients, qu’ils soient B2C (particuliers) ou B2B (couturiers (avec qui elle peut à présent discuter de ristournes en position de force, comme elle leur amène des clients)).

[La suite de l’aventure de Nathalie au prochain poste]

Thomas se lance dans l’entrepreneuriat

Cette histoire est servie avec de vrais morceaux de réalité et une once de mise en scène.

Thomas est entrepreneur. Il vient de finir ses études de gestion (on est en juin 2017) et veut se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Quoi de mieux, à une époque où il a tout à gagner ?

Thomas est idéaliste. Il veut rendre l’alimentation saine plus facile à organiser.

Son idée ? Elle vient d’une frustration qu’il ressent auprès nombre de ses proches : il peut être complexe d’avoir des fruits de qualité à un prix correct sans devoir se rendre dans des magasins spécialisés. Il veut donc organiser un service de livraison à domicile de fruits bio et locaux.

Thomas est organisé et appliqué. Son idée, il a travaillé dessus pendant ses études. Il a fait des études de marché, des plans financiers, il a quelques contacts dans les banques, il connaît des investisseurs et il a été voir des fournisseurs de fruits et légumes locaux et bio. Il a même négocié les prix. Un entrepôt, il l’a trouvé. Des livreurs ? Il les a trouvés.

Thomas est appliqué. Sa plateforme ? Il a déjà un nom, des idées de logo, et il a demandé plusieurs devis pour le développement. Les prix varient entre 50 000 et 120 000€. Thomas a de la chance, ses parents pourront lui prêter la somme nécessaire pour le développement.

Thomas est amoureux de son idée.

Thomas est un entrepreneur comme beaucoup d’autres.

Et pourtant, Thomas se trompe.

Thomas bosse et peaufine son idée pendant six mois. Il veut éviter de dépenser de l’argent en développement inutile. Il multiplie les réunions avec ses amis, il descend dans la rue voir le plus de gens possible. La réponse est unanime : son idée est géniale. Les gens veulent du bio, ils veulent du local, ils veulent des fruits et légumes. A quel prix ? Les réponses varient, mais une chose est sûre : le plan financier est respecté.

C’est parti.

Thomas a de la chance, ses parents acceptent toujours de lui prêter la somme nécessaire au développement. Il faut qu’il puisse suivre ses rêves.

Thomas n’est pas développeur et il choisit une agence digitale qui a fait l’application de la société d’un ami de ses parents.

Sept mois plus tard, Thomas se connecte sur sa plateforme. Elle semble parfaite. Toutes les fonctionnalités y sont. Juste ce qu’il avait demandé. Il a enfin son MVP.

Ses dernières réserves financières, il les utilise en pubs Facebook. Il a décidé de cibler sa ville, Namur.

Il est temps de devenir le maître du monde.

Et pourtant, Thomas se trompe une fois de plus.

Arrivé dans la réalité du business, Thomas est confronté aux clients.

Il se rend compte que tout le monde n’a pas visa ou paypal. Que le paiement de main à main est nécessaire pour certains clients, proscrit pour d’autres.

Il se rend compte que les gens ne sont pas intéressés par le local ou le bio, mais par la livraison de fruits mûrs, prêts à être consommés. D’autres segments de la clientèle ont un besoin différent.

Chez les plus âgés, on veut du bio et du local, mais on n’est pas prêt à payer pour la livraison.

Chez les jeunes, le message du local passe bien, mais le bio, c’est has been.

Cette fonctionnalité dont il pensait faire l’économie ? Elle est primordiale pour ses clients. Cette autre fonctionnalité qu’il pensait vitale ? Elle n’est pas utilisée.

Thomas doit donc pivoter. Adapter sa plateforme. Dépenser des dizaines de milliers d’€ pour avoir un product market fit.

Sauf que… Ca fait 13 mois que Thomas travaille sur son idée.

Épuisée, l’enveloppe que ses parents lui avaient donné.

Épuisé, Thomas d’avoir porté son idée seul, sans équipe à ses côtés. Les investisseurs contactés demandent une validation du marché. Il n’a pas eu le temps.

Épuisé le rêve entrepreneurial de ce diplômé de gestion.

Thomas est un entrepreneur comme tant d’autres. Il a échoué. L’échec lui a pris 13 mois de travail et 70 000€. Une partie de sa vie sociale aussi. Mais il a appris.

Aurait-il pu avoir les mêmes résultats en moins de temps et d’argent ?

Probablement. Dans une optique entrepreneuriale, il aurait pu se dire qu’un MVP, c’est has been. Que l’important, c’est de suivre Neil Patel et d’aller vite sur le marché. Aurait-il pu le faire sans plateforme ? Et pourquoi pas ?

Rêvons un peu.

Thomas est un entrepreneur prudent. Il vient de finir ses études de gestion (on est en juin 2017) et veut se lancer dans l’aventure entrepreneuriale.

Il sait que chaque sou est compté. Thomas a une affinité avec l’information et se forme donc à HTML, à CSS, au design… Il crée un logo qui fera le job. Il évite un investissement au retour incertain.

Il apprend comment faire de l’A/B testing. Photoshop et Canva n’ont plus de secret pour lui. Les pubs Facebook et AdEspresso, il gère. Après quatre mois de formation, il est prêt.

Thomas veut réduire les risques. Il crée un site minimaliste et il traque le comportement des visiteurs. Sur son site, on envoie sa commande et on sélectionne un mode de livraison. Le fonctionnement est minimal, mais ça fait le job : ça crée de la valeur pour les clients.

Avec quelques dizaines d’€ de pubs Facebook ciblées sur les 20–35 ans de Namur, il a ses premières commandes pour des pommes locales et mûres. Un mail lui est envoyé et il gère tout de sa chambre. Pour les paiements, il a installé un plug-in sur WordPress.

La commande arrive. Il saute dans sa voiture et part acheter les pommes au magasin bio du coin. Il choisit les fruits et les livre directement chez le client.

Grâce à ça, il joue tous les rôles : gestionnaire des commandes, acheteur, livreur.

Grâce à l’A/B testing, il comprend quelles pubs attirent les clients et vérifie quelles fonctionnalités sont vraiment utilisées par ses clients.

Grâce à ça, Thomas peaufine un vrai MVP. Il crée de la valeur et génère des revenus.

Est-ce scalable ? Non. Est-ce rentable ? Pas vraiment. Y a-t-il une demande ? Oui, mais pas pour le service qu’il imaginait à l’origine.

Résultat : Thomas a passé 7 mois à se former et conduire les tests. Pour quelques centaines d’€, il a atteint son product market fit.

Rêvons encore un peu.

Thomas est entrepreneur. Il vient de finir ses études de gestion (on est en juin 2017) et veut se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Il s’est rendu au VentureLab et Luc Pire lui a conseillé de faire un TESTIT pour valider rapidement son marché.

Pendant deux mois, l’équipe TESTIT conduit tous les tests qu’il aurait fait lui-même si il s’était formé pendant des mois.

Résultat : Thomas a pivoté avant de développer une ligne de code et il a dépensé 4000€ pour valider son marché.

En mars 2018, il aura son application et pourra devenir le prochain Mark Z.